Si nous étions seuls, là, rien ne serait plus vide
Que ce monde alentour, fourni de fleurs, de figues,
Fourmillant de bruits sourds et de parfums arides,
Un odieux matelas, aussi sec que garrigue.

Si nous étions si seuls, nous serions mer de digues.
Mais je ne le suis pas, et je vois dans tes rides
Que tu bénis mes pas de ta douceur prodigue,
Tu m’as donné des ailes et découpé mes brides.

On est tous récipients de ce qu’on nous reverse,
Moi j’ai bu tes paroles, elles seront là toujours
Comme un puits défiant les saisons sans averse,

Je suis plein de cet or qui entier me traverse,
J’ai grâce à toi la force et l’envie qui me berce
de faire tout comme toi, de donner mon amour.

à ma grande-mère, Lola, que j’aime.

Xavier Aliot

Je suis né à Sète le 23 mai 1980, j'ai fais mes études à Montpellier, au lycée Jean Mermoz et ai suivi deux formations à l'École Supérieure des Métiers Artistiques, une en Communication Visuelle, l'autre en Cinéma d'Animation. Mon emploi du temps m'a donné récemment la chance de reprendre un cursus universitaire en philosophie à Paul Valéry et j'en suis pleinement comblé ! Je suis actuellement formateur à CréaJeux, l'école du jeu vidéo à Nîmes, et parallèlement j'exerce en tant que graphiste freelance. Je m'essaye également ça et là à divers projets cinématographiques ou littéraires. Et ce modeste blog me permet de faire partager mon amour des mots, de la poésie, de la pensée, de la création artistique dans son ensemble avec mes proches et une partie du monde francophone connectée au web. Au visiteur accidentel, je souhaite bonne lecture et remercie l'attention qu'il aura porté à mes écrits !

See all author posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.