C’est curieux que l’on croise au hasard des regards
Qui causent à nos âmes, qui nous disent désirs,
Intrigues et fantasmes, que l’on aimerait voir
Plus au fond dans les yeux ; et puis ses joues rosir

Alors que l’on se toise, nos sourires en miroir.
Un homme et une femme, qui goutent le plaisir
Et qui au pas du phasme, avancent dans le noir
Pas à pas, l’un vers l’autre, l’un de l’autre s’instruire.

On s’assied et on sème, un mot, quelques lettres,
On fend le sas, y  a-t-il de l’air en surface ?
Oui ici, entre nous, pour un instant fugace,

On s’aime à satiété, effaçant les espaces…
Ça ! Si hiatus il reste, je veux qu’on les efface
Et qu’on se donne tout ce qui nous à fait naître.

Xavier Aliot

Je suis né à Sète le 23 mai 1980, j'ai fais mes études à Montpellier, au lycée Jean Mermoz et ai suivi deux formations à l'École Supérieure des Métiers Artistiques, une en Communication Visuelle, l'autre en Cinéma d'Animation. Mon emploi du temps m'a donné récemment la chance de reprendre un cursus universitaire en philosophie à Paul Valéry et j'en suis pleinement comblé ! Je suis actuellement formateur à CréaJeux, l'école du jeu vidéo à Nîmes, et parallèlement j'exerce en tant que graphiste freelance. Je m'essaye également ça et là à divers projets cinématographiques ou littéraires. Et ce modeste blog me permet de faire partager mon amour des mots, de la poésie, de la pensée, de la création artistique dans son ensemble avec mes proches et une partie du monde francophone connectée au web. Au visiteur accidentel, je souhaite bonne lecture et remercie l'attention qu'il aura porté à mes écrits !

See all author posts
  • C’est beaaauuuuuu !

    • Merci !
      Je ne sais pas pour toi, mais beaucoup réfléchissent à trouver un sens au beau, moi-même j’ai beau y penser, impossible de m’arrêter sur une définition. Par contre, quand spontanément je suis ému, les mots que tu viens d’employer sortent de ma bouche, c’est beau ! Comme un expression de l’émotion, comme pour manifester à l’extérieur le joli choc qui s’est produit à l’intérieur.
      C’est parfois également le cas du “merci”. Il exprime la gratitude certes, mais il ne convient pas vraiment à toutes les situations. Par exemple ici ce n’est pas ce mot que j’aurais voulu te répondre. Pourtant c’est lui qui sort spontanément. En tout cas ce qu’il cache, c’est le sentiment très fort d’avoir atteint une montagne, d’avoir toucher quelqu’un, à mon tour cela me touche et pour ça je te dis simplement (mais pas que) merci, voilà tout.

  • Je viens seulement de voir ton commentaire… C’est un sacré merci que tu m’as écrit là !
    Et en effet, mon “c’est beaaauuuuu” (avec les voyelles à répétition j’insiste) veut dire bien plus que la définition qu’on peut trouver dans les dicos. Des fois on est tellement touché et envahi par un mélange de sentiments complexes, qui ici sont intimes en plus, que c’est souvent plus simple de se laisser aller aux premiers mots qui nous viennent.

    • Tu ne l’as pas vu, mais j’ai souri !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.