l’Art interdit aux moins de 18 ans ?

Home / Art / l’Art interdit aux moins de 18 ans ?

l’Art interdit aux moins de 18 ans ?

fallait-il que je censure ?

fallait-il que je censure ?

Suite à l’émission de cette semaine du site d’arrêt sur image (que je conseille à tout le monde), j’ai voulu faire un commentaire sur leur forum, et je me suis dit que c’était intéressant d’en parler ici.

Dans la deuxième partie de l’émission on y évoque l’exposition de Larry Clark (on peut trouver quelques unes de ces oeuvres sur ce blog) au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. La ville de Paris a décidé d’interdire aux mineurs l’accès à cette exposition. En effet les représentations qui y figurent pourraient entrer dans les définitions des lois227-23 et 227-24. Selon les juristes de la mairie de Paris, il pourrait y avoir un risque de contrevenir à la loi en proposant cette exposition au public. Alors que dit-elle ?

« Article 227-24 : Le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d’un tel message, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur. (…) »

Comme une loi s’interprète d’un côté, et que de l’autre, il est éminemment difficile de qualifier l’Art, je me suis demandé s’il était tout autant difficile de définir la pornographie ?

Mon vieux Larousse de 91 dit : Pornographique : relatif à la pornographie, Pornographie : Représentation complaisante de sujets, de détails obscènes, dans une oeuvre littéraire, artistique ou cinématographique.

Aïe, la pornographie, c’est de l’art obscène… Que dit le Robert de 92 ? Pornographie :Représentation (par écrits, dessins, peintures, photos) de choses obscènes destinées à être communiquées au public.

Le Robert dit peinture, dessins, écrits, photos mais n’explicite pas l’oeuvre artistique. Sur le site du centre national de ressources textuelles et lexicales (Université de Nancy, en partenariat avec le CNRS et l’ATILF) on trouve deux définitions de pornographie : 1. Représentation (sous forme d’écrits, de dessins, de peintures, de photos, de spectacles, etc.) de choses obscènes, sans préoccupation artistique et avec l’intention délibérée de provoquer l’excitation sexuelle du public auquel elles sont destinées. Et 2. : Caractère obscène d’une oeuvre d’art ou littéraire.

C’est donc bien sur la qualité et le but du message qu’il faut statuer. Si d’un côté le message est artistique, le but étant de montrer à voir pour questionner, réfléchir, éduquer, provoquer, tout ce qu’on veut mais dans aucun cas exciter, le message est bien artistique, il ne s’agit donc pas de pornographie, l’exposition ne tombe pas sous le coup de la loi. Si par ailleurs le fait de constater le caractère obscène (par la présence d’un sexe en érection par exemple) qualifie l’art de pornographique, et donc le message également, l’oeuvre entre bel et bien dans la catégorie que la loi définie, et à ce moment là plus de zizi dans l’art ! Plus d’Egon Schiele, plus « d’origine du monde », et pourquoi pas, plus de grande ou petite odalisque ?

C’est là qu’à mon sens la loi pose problème. Soit elle protège contre la pornographie, ou le X, comme on dirait plus simplement, soit elle protège contre l’art obscène ? Et s’il fallait l’interpréter, lors d’un jugement qui ferait jurisprudence, demanderait-on finalement aux juges de nous dire s’il s’agit ou non d’Art, car là est la vraie question ?

Est ce que cette loi interdit l’art obscène aux mineurs ou la représentation obscéne destinée à exciter le public qui la regarde ? Les deux ? Est-ce la même chose ?

Je propose donc qu’on nous fasse une loi qui définisse clairement, une bonne fois pour toutes, ce qu’est et ce que n’est pas une oeuvre d’Art. Par avance merci mesdames et messieurs les députés/juristes pour vous confronter à cette difficile question que d’autre comme Diderot, Kant ou Hegel, et j’en passe ont essayé de résoudre… en vain !

Pour ceux qui n’aurait pas perçu le caractère ironique de ce que je viens d’écrire, je tiens à être clair. Cette loi, telle qu’elle est rédigée, pourrait d’un certain point de vue, si en plus nos élus lui donnent ce sens en s’en protégeant, interdire, purement et simplement, l’art obscène, l’art qui offense ouvertement la pudeur dans le domaine de la sexualité et qui par là même contribue à faire évoluer notre point de vue sur le sexe, à questionner nos moeurs…

Si on autorise l’expo à tous les publics (tout en avertissant sur le contenu j’en conviens) on affirme que c’est de l’art, si on l’interdit aux mineurs, on va dans le sens de la loi, et on affirme que ce qu’on expose n’est pas de l’art mais de la pornographie et/ou de la violence.

C’est donc de courage politique que l’on a besoin. Affirmez l’art, plutôt que de le protéger !

A quand un sticker « interdit au moins de 18 ans » sur « l’origine du monde » de Courbet au musée d’Orsay ? Dépêchez-vous Monsieur le Maire d’en interdire la visite aux mineurs, c’est pornographique !!!

Xavier Aliot
Je suis né à Sète le 23 mai 1980, j'ai fais mes études à Montpellier, au lycée Jean Mermoz et ai suivi deux formations à l'École Supérieure des Métiers Artistiques, une en Communication Visuelle, l'autre en Cinéma d'Animation. Mon emploi du temps m'a donné récemment la chance de reprendre un cursus universitaire en philosophie à Paul Valéry et j'en suis pleinement comblé ! Je suis actuellement formateur à CréaJeux, l'école du jeu vidéo à Nîmes, et parallèlement j'exerce en tant que graphiste freelance. Je m'essaye également ça et là à divers projets cinématographiques ou littéraires. Et ce modeste blog me permet de faire partager mon amour des mots, de la poésie, de la pensée, de la création artistique dans son ensemble avec mes proches et une partie du monde francophone connectée au web. Au visiteur accidentel, je souhaite bonne lecture et remercie l'attention qu'il aura porté à mes écrits !
Recent Posts
Showing 6 comments
  • tchoa
    Répondre

    Qu’allons-nous devenir mon bon nounours?
    ‘L’art nuit gravement à la santé (…)
    et la santé m’ennuie le gras lard’.

  • V3g4
    Répondre

    Il me semblait avoir entendu qu’on considérait quelque chose comme de la pornographie à partir du moment où on voyait le sexe, contrairement à l’érotisme.

  • Diogène
    Répondre

    Héhé; il te manque une définition sur celles de ton blog… Puis le Larousse (et le petit bébert) ça commence à dater !! Bref, je vais pas polémiquer sur l’oeuvre de Courbet (Julien ? celui de TF1 !?).

    Bref; la définition bien sympathique de pornographie est la suivante (selon le dico du CNRS): Représentation (sous forme d’écrits, de dessins, de peintures, de photos, de spectacles, etc.) de choses obscènes, sans préoccupation artistique et avec l’intention délibérée de provoquer l’excitation sexuelle du public auquel elles sont destinées.

    • Xavier Aliot
      Répondre

      Si, si, Diogène, c’est même précisément sur celle là que j’appuie mon argumentation, il y a même le lien qui renvoie à cette excellente définition mise à jour, je ne me réfère pratiquement qu’à leurs définitions. Ils en proposent même une seconde qui est également notée dans l’article.

  • Diogène
    Répondre

    Oulà !!! Oui… en effet ! J’avais lu en diagonale…

    Mais qu’à cela ne tienne, je vais me rattraper ! Je cite: « par la présence d’un sexe en érection par exemple ». En fait, c’est la définition d’un « phallus » ! Le phallus est forcément un sexe en érection ! Ouf ! Voilà mon honneur sauf (quoique connaitre ce genre de chose, je sais pas si ca nettoye ma bourde) !

    Sinon pour en revenir au côté artistique de la chose, il y a l’impact moral qui y est prépondérant. il suffit de prendre pour exemple le rap pour s’en convaincre tel que le fait d’appeller au meutre de certaines personnes: dans un sens la justification « artistique » est appliquée; dans d’autres cas, il y a une confusion « terminologique » utilisée à des fins de propagandes politiques et morales !

    Au fond, la barrière de l’art est corrélée à celle de la permissivité (ou l’inverse)…

    Enfin, versant droit, c’est cette phrase qui m’inquiète le plus: « lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur. » La susceptibilité est toujours énorme ! Au fond, puisque la condamnation peut avoir lieu dès la création de l' »oeuvre »… il faut donc jouir en silence à défaut de jouir sans entraves !!!

pingbacks / trackbacks
  • Réflexion sur le porno : L’Art interdit aux moins de 18 ans ? …

    Une réflexion sur l’art et la pornographie initié sur le blog de Xavier Aliot. Qu’est-ce qui fait de la pornographie de la pornographie ? Et comment l’art peut-il la transfigurer ?…

Leave a Comment

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

SAKINEH-1Jean-Paul_Sartre_FP