Démence ardente en toi, aie un peu de patience,
Ô tu dois te languir de l’assouvir ce vil
Et bas désir viril, toi le maître des villes
De mettre entre ses murs, ta corne d’arrogance.

Une heure, un jour, un mois, calme l’incandescence
Qui fait tes doigts raidir, qui te rend incivil
À rêver d’un ébat, qui te rendrait servile
À t’omettre en murmure d’argo, d’impertinences.

Entends plutôt les anges, et fait taire les démons,
Ils savent mieux les routes qui mènent à l’orgasme,
Celles qui sur son espace feront naître les spasmes…

Tends lui plutôt l’échange et nourrit ses fantasmes,
Car c’est elle qui doute et qui recherche l’asthme.
Aide la qu’elle dépasse le plus divin des monts.

Xavier Aliot

Je suis né à Sète le 23 mai 1980, j'ai fais mes études à Montpellier, au lycée Jean Mermoz et ai suivi deux formations à l'École Supérieure des Métiers Artistiques, une en Communication Visuelle, l'autre en Cinéma d'Animation. Mon emploi du temps m'a donné récemment la chance de reprendre un cursus universitaire en philosophie à Paul Valéry et j'en suis pleinement comblé ! Je suis actuellement formateur à CréaJeux, l'école du jeu vidéo à Nîmes, et parallèlement j'exerce en tant que graphiste freelance. Je m'essaye également ça et là à divers projets cinématographiques ou littéraires. Et ce modeste blog me permet de faire partager mon amour des mots, de la poésie, de la pensée, de la création artistique dans son ensemble avec mes proches et une partie du monde francophone connectée au web. Au visiteur accidentel, je souhaite bonne lecture et remercie l'attention qu'il aura porté à mes écrits !

See all author posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.